14 novembre 2006

Une pratique plus individualiste

Je reviens sur l'une des différences que j'ai pu constater entre la pratique journalistique québécoise et celle des journaux francais. Du Québec, la France est souvent vue comme un pays où les relations professionelles sont très hiérarchisées, où l'on ne tutoie pas facilement, où chacun a sa place. Difficile de confirmer cette différence car le monde médiatique est un cas un peu à part. Mais étonnament, l'organisation d'une rédaction québécoise rend la pratique journalistique très individualiste. En France, les journalistes et les chefs d'une rédaction entière ou de chaque service se réunissent au moins une fois pour la conférence de rédaction qui permet de proposer des idées des sujets, de débattre, de réfléchir et de construire le chemin de fer du canard. Au Québec, seuls les chefs se réunissent entre eux pour discuter du contenu du journal. Du coup, il y a moins de débats et de discussions entre les journalistes. On n'a pas la même vue d'ensemble et chacun s'occupe de son sujet. Les débats n'ont lieu qu'entre quelques personnes et non entre tous les membres de la rédaction ou d'un service. Pour qui aime sa liberté et son indépendance, cette organisation se révèle plutôt satifaisante.

Posté par clue25 à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Une pratique plus individualiste

Nouveau commentaire